la fleur de sureau

Les Fleurs de sureau  parfument notre mois de mai…

Ces ombrelles, nids à toutes petites fleurs blanches , font ployer les branches de l’arbre dans un mouvement qui diffuse leur parfum subtil.

Si vous les faites sécher sur une clayette durant quelques jours,  les stockez  dans un sachet en papier, vous disposerez d’un merveilleux remède pour l’hiver : l’ infusion de fleurs de sureau .

Elle facilite la transpiration…un bon accompagnement en cas de fièvre

Elle fluidifie la secrétions des bronches  en cas de toux

Elle stimule les défenses immunitaires

Posologie : 40 gr de fleurs sèches/litre

Bonne cueillette

M comme Mai , Muguet…

Maïa, dans la tradition romaine, était  la déesse de la fécondité. Elle personnifiait l’éveil de la nature . On la célébrait en mai ; l’aubépine était sa fleur.
Les traditions foisonnent autour des fêtes du 1er mai.
Pour les Celtes, c’était la fête de Beltaine, passage de la saison sombre à la saison claire.
Pour nous, c’est la journée internationale du Travail!
Point de muguet dans toutes ces traditions…C’est à la Renaissance qu’apparait le brin de muguet porte-bonheur mais il semble que ce soient les couturiers, à compter des années 1900, qui  en aient été les promoteurs . Ils en offraient quelques brins, le jour du 1er mai, à leurs clientes et petites mains.
MUGUET : « fleur musquée », qui en dépit de son parfum innocent est une plante très toxique!
Attention danger : mâchonner sa tige ou sucer ses doigts pleins de sève, peut engendrer de sérieux troubles digestifs et cardiaques. Des fleurs de muguet dans une pièce non aérée peuvent causer des troubles nerveux.
Pourtant, comme beaucoup de plantes toxiques, ses substances actives ont des propriétés favorables au rythme cardiaque: elles le ralentissent, le renforcent et le régularisent…

Le muguet n’a aucune charge symbolique
Il portera ce que le cœur de chacun transmettra par ses brins!

Le printemps…

En ce début de printemps qui a bien du mal à nous extraire des frimas… j’ai envie d’évoquer le langage secret de la nature…

 » Les signes de vie du végétal, même sentis inconsciemment, sont une invitation à ce  déplacement de l’énergie de notre corps, si important dans les conceptions d’Extrême-Orient, repris par les acupuncteurs, par le Zen […] Il n’est guère besoin de connaissances en physiologie végétale pour sentir la sève circuler dans l’arbre comme le sang dans notre corps […] Tout, dans l’arbre, aussi bien la rigidité du tronc que la souplesse des feuilles, est susceptible d’analogies intellectuelles ou de transferts psychologiques  et peut donc contribuer-si nous sommes capables d’intégrer l’arbre en nous- à améliorer notre stature et nos fonctions vitales »                                                                       (Georges Plaisance – Forêt et santé)

Asclépios, dieu  de la médecine dans la mythologie grecque, soignait ses malades dans la forêt…

Alors, je vous propose,  pour remettre votre énergie en mouvement, une balade en forêt… une balade en conscience ; observer et ressentir les arbres et pourquoi pas les étreindre, les enlacer (attitude que l’on retrouve dans nombre de pays et d’ethnies), loin des bruits et bavardages de notre société hyper communicante !

La naturopathie est un Art de Vivre…

 

 

 

Mars, mois de transition

A l’origine, les romains avaient divisé l’année en 10 mois (quatre de 31 jours, six de trente jours), ce qui donnait une étrange année raccourcie (304 jours)… si courte qu’elle n’était plus en rapport avec les saisons ; elle commençait le 1er mars et se terminait en décembre. Puis, revenait le 1er mars qui, chaque année, tombait deux mois plus tôt. Malgré l’ajout de 2 mois supplémentaires (janvier et février), l’année restait encore trop courte et le décalage avec les saisons persistait !

C’est Jules César qui rétablit la situation en fondant le calendrier qui prit son nom, le calendrier julien. Cette réforme prit effet le 1er janvier 45 (avant notre ère) ; le 1er janvier devint dès lors le premier jour de l’année.

Mars est le mois de l’équinoxe qui fixe le premier jour du printemps… mais on ne change pas de saison en un jour ! La nature prend son temps à la mesure de l’énergie qui émerge ; comme ces pousses qui surgissent au jardin, notre énergie se réveille, cherche son chemin.

Mars est un mois de transition, notre organisme retrouve son dynamisme. Il convient d’accompagner ce mouvement en prévision d’un programme de détox plus complet.

En médecine chinoise, chaque saison est porteuse d’une énergie spécifique en relation directe avec un organe.

Le printemps est relié au foie (couplé à la vésicule biliaire). C’est en priorité cet organe que nous débarrasserons de ses toxines.

Pour préparer notre foie à ce grand nettoyage de printemps, des mesures de bons sens sont à mettre en place : retrouver une alimentation plus saine, plus légère, boire en quantité, bouger, s’oxygéner mais aussi retrouver un équilibre émotionnel en gérant au mieux notre stress.

Enfin, pour que le travail d’élimination soit efficace, nos intestins eux aussi doivent être au top…

Un petit conseil pour cette période de transition : une cuillérée à café d’hydrolat de romarin dans un verre d’eau tiède/chaude, tous les matins à jeun.

A bientôt !

Février, le bon moment ?

« La santé est notre héritage, notre droit.
C’est l’union parfaite entre l’âme, l’esprit et le corps;
il ne s’agit pas d’un idéal éloigné et difficile à atteindre, mais d’un idéal si simple et si naturel qu’il échappe à beaucoup d’entre nous »

Dr Bach

Et si vous décidiez de nourrir cet idéal de santé, de trouver ou retrouver LA qualité de vie qui est la vôtre, unique et si précieuse ?

Février, le bon moment ?…
Un indice : le mot Février vient du latin februarius « mois de la purification »

Purifier votre organisme, sortir en douceur de quelques mois d’ « hibernation », relancer efficacement votre énergie dans le respect de votre rythme personnel…

Voilà ce que je vous propose…